Nos expositions

Le Musée des Couleurs a créé quatre expositions en deux ans.
Toutes étaient organisées autour de trois thématiques : le laboratoire des couleurs, les couleurs de Berlin, et une salle présentant une couleur.  


Exposition pilote :  le rouge
Du 29 janvier au 5 février 2017`

Cette exposition avait pour but de présenter le projet du Musée des Couleurs.

Le laboratoire des couleurs introduisait ainsi les manières dont nous percevons, fabriquons, utilisons, ordonnons et apprécions les couleurs.
La partie sur les couleurs de Berlin soulignait la variété des couleurs naturelles, fonctionnelles, symboliques, culturelles et artistiques dans la ville. La salle monochromatique – dont le but est de montrer la diversité des références culturelles associées à une même couleur – était rouge pour cette première édition.

500 visiteur·euse·s ont visité l’exposition en une semaine, ce qui est pour nous un grand succès.


La perception des couleurs
Du 17 au 25 juin 2017

Le laboratoire des couleurs était concentré sur la perception des couleurs : de l’oeil au cerveau en incluant une perspective culturelle dans l’interprétation que nous faisons des couleurs. L’exposition répondait à des questions telles que : qu’est-ce-que le daltonisme ? Comment percevoir la couleur avec tous ses sens ?

Aborder la perception des couleurs d’un point de vue culturel permettait d’établir un pont vers les couleurs culturelles de Berlin, métropole cosmopolite se nourrissant des influences les plus diverses.
Du bleu cobalt au bleu de Klein, la salle monochromatique vous amènera à la découverte des nombreuses nuances de bleu et de leurs utilisations et significations.

Larissa Noury, dont les œuvres ont été présentées dans l’exposition, a animé une conférence dans ce cadre sur « La couleur en art et en architecture » à l’Institut Français de Berlin.

Quatre personnes body-paintées de formes organiques et géométriques par Juliana Volberding se déplaçaient dans la galerie. L’élégance de Larissa Noury dans sa robe composée de 17 mètres de tissus a émerveillé les visiteur·euse·s qui ont échangé leurs impressions en dégustant un délicieux buffet réalisé par Ariana Magand.
Certaines des pièces exposées ont particulièrement retenu l’attention :  l’Accelerator 2.0 de Nika Fontaine permettait une immersion dans un monde de lumière, de paillettes, le tout sur fond de musique atmosphérique. Les couleurs tactiles des tableaux de Larissa Noury ont également conquis notre public, elle en a fait don au Musée des Couleurs ! Un grand merci à elle !
Le jeu de l’oie suivant la chronologie de la couleur bleue proposait une approche ludique de l’apprentissage. Pour nos visiteur·euse·s les plus patient·e·s, le jeu de reconstitution des paires d’yeux représentait un défi original !

L’exposition a rassemblé près de 400 personnes en une semaine


Les couleurs de/dans la nature
Du 18 au 26 novembre 2017

Le Laboratoire des Couleurs se penchait sur la production des couleurs, du produit brut au produit fini. 

Les Couleurs de Berlin nous plongeaient dans la (re)découverte des espaces verts de la ville, partie intégrante de son histoire et de son environnement.
La Salle Couleur étudiait les symboles et significations du vert à travers ses liens avec la nature, la politique mais aussi avec les entreprises et leurs défis, en se penchant notamment sur le concept de greenwashing.

Dans cette exposition figuraient entre autres les travaux de Claude Lampe, Juliana Volberding  et Grzegorz Gilewicz, et des installations de Loïc Windels, Laure Oberli et Frédérique de Rauglaudre.

L’exposition est créée en partenariat avec le collectif Green Resistance composé d’élèves de l’École du Paysage de Versailles.
Un projet a été mis en place avec une classe de 5e (équivalent CM2) de l’école primaire européenne Judith-Kerr de Berlin-Schmargendorf. Sur le thème des couleurs naturelles de Berlin, les élèves réalisent une oeuvre d’art qui a été présentée dans l’exposition.

350 visiteur·euse·s ont bravé le froid et le temps peu clément du mois de novembre pour venir partager notre enthousiasme et se ressourcer dans un bain végétal.


Colours in (dis)order
Du 7 au 22 avril 2018

Suivant le modèle des précédentes, l’exposition s’articulait autour de 3 axes : le Laboratoire des couleurs qui nous guidait à travers les différents systèmes de classification des couleurs mis au point au cours de l’histoire. Utiliser les couleurs implique de comprendre comment elles fonctionnent les unes par rapport aux autres. Pendant des siècles, les scientifiques autant que les artistes ont essayé de donner un ordre logique, rationnel ou esthétique aux couleurs. Aujourd’hui, de nombreux systèmes tels que RAL Farben ou Pantone permettent aux différents intermédiaires d’un processus de production d’avoir une référence commune.

Les Couleurs de Berlin présentait les couleurs signalétiques de la capitale, permettant la lisibilité de la ville pour ses citoyen·ne·s et ses flâneur·se·s, Berlin est entre autres jaune et orange. Prendre les transports en commun, trier les déchets ou trouver un service ou une boutique sont autant d’exemples des nombreuses conventions qui reposent sur les couleurs fonctionnelles.

La salle monochromatique explorait les valeurs ambiguës du jaune.
Couleur du soleil et de la lumière, le jaune porte des valeurs positives de jeunesse, de vie ou de printemps. Sa forte visibilité lui confère par ailleurs la valeur de couleur de prévention, ce qui pourrait également expliquer pourquoi on la trouve dans de nombreux logos et panneaux. Depuis le Moyen-Âge, cette couleur est aussi utilisée pour marquer différents types de discriminations.

Les pièces d’exposition seront aussi diverses que la palette de couleurs : oeuvres d’art, maquettes, objets du quotidien, photos, matériaux de couleur, entres autres…

L’artiste et chercheur Michel Albert-Vanel a animé une conférence sur le Système Planétaire des Couleurs qu’il a développé.
Une installation de Cath Carver de Colour your City a été présentée 

L’exposition a été un énorme succès et a accueilli 1200 personnes !